encoche Accueil Entreprises Actualités Il a convaincu Free, il a tout compris

Economie

Il a convaincu Free, il a tout compris

Publié le 31/01/2012 - rhamon Proposer un sujet

Laurent Stéphan, dirigeant de 4Mod Technology

En quelques années, 4Mod Technology s'est imposée parmi les concepteurs-fabricants internationaux de télécommandes. Cette entreprise qui a su séduire Free devrait faire parler d'elle en 2012...

« La télécommande va changer dans le salon car elle sera connectée aux autres médias... ». Nous sommes en 2003 et Laurent Stéphan, alors ingénieur chez Thomson, a l'intuition que « l'interconnexion » va connaître de profonds bouleversements.

« Un contrat de rêve »
Huit ans après, on peut reconnaître que ce Breton d'origine a vu juste. Sa société 4Mod Technology (For Media on Demand) a vendu 3,5 millions de télécommandes en 2011 et projette d'en écouler un million de plus en 2012. Infrarouge, à capture de mouvements, sensitive ou à reconnaissance de gestes, les télécommandes actuelles servent à bien d'autres choses qu'à changer de chaînes. Consulter des contenus multimédias, obtenir des informations supplémentaires sur un programme, surfer sur Internet depuis sa télévision sont désormais possibles. Parmi les nombreux clients internationaux de 4Mod — des fabricants de décodeurs mais aussi des opérateurs — Free est sa plus grande fierté. « Un contrat de rêve » commente, les yeux rieurs, Laurent Séphan.

 Concevoir une télécommande jamais inventée

L'opérateur français dont les innovations et l'agressivité commerciale font parler de lui en ce moment lui a fait confiance en 2010 pour « concevoir une télécommande jamais inventée ». Cette collaboration a été pour 4Mod un formidable tremplin technologique et un levier d'image inattendu. Le bijou de technologie et de design « made by Stark » a séduit nombre d'utilisateurs ». « Nous avons conçu cette « chaussette » qui recouvre le boîtier comme une seconde peau ». Six mois de mise au point, quatre mois de production et l'invention d'un process industriel plus tard, la télécommande Free s'impose comme une référence.

 A l'anglo-saxonne
Alors pourquoi le « gros » Free a-t-il choisi le « petit » 4Mod ? « Nous travaillons de façon très itérative car nous avons envie que notre client s'approprie notre produit et puis, nous avons faim ! » se réjouit Laurent Stéphan. Chez le dirigeant, cette capacité d'adaptation s'accompagne d'une vision anglo-saxonne du design « Nous mettons autour de la table des compétences très complémentaires pour travailler en mode projet ». Mécanicien, électronicien, informaticien, ergonome, sociologue... les groupes de travail peuvent compter jusqu'à sept compétences différentes. « Notre métier consiste à comprendre et anticiper les comportements pour concevoir des usages intuitifs » explique-t-il. « L'objet ne doit pas être un poids même si l'objet est compliqué : j'appuie sur un bouton pour avoir ce que je veux ! ». Pour développer cette philosophie, la société vient de recruter Alain Céleste, un ancien dirigeant nantais. Il doit développer une cellule de R&D dans le cadre du projet collaboratif européen sur la « télécommande universelle évoluée » qui réunit quelques leaders du secteur (ST Microelectronics, Technicolor...).

 Relocaliser une partie de la production
« Nous construisons notre activité pierre après pierre car nous n'avons pas envie d'aller trop vite » confie le dirigeant quand il pense à l'avenir. Laurent Stéphan nourrit aussi l'espoir de relocaliser en Pays de la Loire une partie de la production aujourd'hui réalisée en Chine. « Je désespère quand je vois que nos savoir-faire dans les sous-systèmes ont disparu. Il faut savoir qu'en Europe il n'existe plus aucun fabricant de semi-conducteurs alors que les compétences sont là ». Volontariste, le dirigeant réfléchit à faire évoluer le système de compression mis au point pour la télécommande Free en utilisant l'injection. « Nous sommes en discussion avec un ancien sous-traitant régional de l'industrie automobile » glisse-t-il sans en dire plus. Après sept ans d'existence, la société connaît une croissance continue : 3 millions de chiffre d'affaires en 2010, 10 millions en 2011 et un objectif de 12 millions pour 2012. « Nous devons maintenant valoriser notre crédibilité sur le plan commercial et améliorer notre marge » analyse Laurent Stéphan. Peut-être moins simple que d'appuyer sur un bouton mais qui sait ?

Mots-clés associés :
Nantes Métropole Développement accompagne les entreprises

Un projet d'implantation ?

Ressources

Qui fait quoi pour les entreprises ?

Identifiez les structures d'aide

Carte économique

Localisez votre future implantation

Publications

Téléchargez cartes, focus

Portail Netvibes

Suivez notre veille économique

Espace Presse

Consultez nos communiqués