encoche Accueil Territoire Grands projets Futur aéroport Grand Ouest : le point sur le projet

Infrastructures

Futur aéroport Grand Ouest : le point sur le projet

Publié le 29/09/2010 - Richard HAMON Proposer un sujet

En 2017, l'aéroport Grand Ouest sera opérationnel

En 2017, l'actuel aéroport Nantes Atlantique sera transféré à 25 kilomètres au nord de Nantes au profit d'une plate-forme aéroportuaire internationale. Sept années de travail et autant de réponses pour comprendre le projet.

1- Où va se situer le futur aéroport international ?

A 25 kilomètres au nord-ouest de l'agglomération nantaise, sur l’axe Nantes-Rennes, la zone aéroportuaire s'étendra sur une superficie de 942 hectares. En complément de cette emprise foncière, le projet prévoit 278 hectares (près du quart de la concession) consacrés à la gestion écologique et l’implantation de mesures compensatoires et d’accompagnement (reboisement, mares notamment). Outre l'accès routier via les voies rapides Nantes-Rennes (RN 137) et Nantes-Saint-Nazaire/Vannes (RN 165), plusieurs projets sont à l'étude pour assurer la desserte de l'aéroport en transport en commun :

  • Une desserte urbaine express et cadencée par tram-train en relation avec la gare de Nantes ;
  • Ou une desserte interrégionale rapide s’appuyant sur une liaison ferroviaire nouvelle entre Nantes et Rennes (inscrite au projet de Schéma national des infrastructures de transport) devant également optimiser le temps de parcours depuis la Bretagne-Sud.

2- Qui va l'exploiter ?

Trois consortiums étaient en lice pour l'obtention de la concession aéroportuaire sur une durée de 55 ans. C'est le groupe Vinci qui l'a emporté face à Bouygues et SNC-Lavalin. Vinci Airports, filiale du groupe, est associée à la CCI Nantes Saint-Nazaire et à ETPO pour la concession de l'aéroport.

3- Quel est le montant de l'investissement ?

556 millions d'euros : c'est le montant total de l'opération. La répartition de l’enveloppe globale s’établit comme suit :

  • Vinci apporte autour de 310 M€ des 441 M€ évalués pour la réalisation de la plateforme aéroportuaire ;
  • L’Etat (130,5 M€) et les collectivités publiques (115,5 M€) se sont engagés sur une contribution publique totale de 246 M€. Les Conseils régionaux des Pays de la Loire (40,4 M€) et de Bretagne (28,9 M€), le Conseil général de Loire-Atlantique (23,1 M€), Nantes Métropole (17,9 M€), la communauté d'agglomération de Saint-Nazaire (2,9 M€) et celle de La Baule-presqu’île de Guérande (2,3 M€) se partagent ce financement au travers d’un syndicat mixte.

4- A quoi ressemblera ce nouvel aéroport ?

Une conception simple et fonctionnelle, des bâtiments basse consommation, une centrale photovoltaïque devant produire jusqu'à sept fois l'énergie consommée par le bâtiment, un toit végétal pour diminuer son impact visuel, le futur aéroport se veut exemplaire sur le plan environnemental. Par ailleurs, deux pistes seront aménagées en parallèle, fonctionnant en mode spécialisé : selon les conditions météo, une piste accueillera les atterrissages et l’autre les décollages. Le système réduit le temps de roulage des avions et donc, la consommation de kérosène, la pollution et la production de CO2. Au final, le futur aéroport devrait consommer trois fois moins d'énergies que l'actuel basé à Bouguenais, au sud de Nantes. Enfin, la « coupure verte » entre l’agglomération et l’aéroport sera conservée, grâce à un périmètre d’étude des espaces agricoles et naturels périurbains (PEAN) de 19 000 hectares à protéger.

5- Quelles retombées économiques sont attendues ?

Deux éléments sont à considérer. Tout d'abord l'activité : la fréquentation de l'aéroport Nantes Atlantique s'est établie à plus de 3 millions de passagers en 2010, soit une hausse de 13 % par rapport à 2009 (+ 2,5 % pour les aéroports européens) et un doublement en 15 ans (+ 5,5 % par an).
Les études prospectives vont également dans le sens d'une progression continue du trafic aérien à l'échelle européenne : 17 millions de vols sont prévus pour 2020 et 20,4 millions pour 2030* contre un peu plus de 10 millions en 2011.
Avec une capacité d'accueil immédiate de 4 millions de passagers (9 millions à terme), la plate-forme internationale sera dimensionnée pour répondre à cette progression.
Autre élément, les emplois induits par la construction et l'exploitation de l'aéroport. Le chantier devrait générer près de 4 000 emplois et l'activité de la plate-forme 3 250 emplois à son ouverture. Ce sont également 9 000 emplois indirects à l'échelle interrégionale qui devraient être générés.

6- Quel est le planning prévisionnel ?

Inscrite dans les plans d'urbanisme depuis 1974, la déclaration d'utilité publique de l'aéroport a été rendue en 2008. Entrée dans sa phase opérationnelle, voici ses grandes étapes :

  • Eté 2010 : désignation du concessionnaire (Vinci Airports, en partenariat avec la CCI Nantes Saint-Nazaire et ETPO)
  • Janvier 2011 : début des travaux
  • 2017 : mise en service de l’aéroport

7- Quel sera le nom du futur aéroport ?

Les 6,7 millions d'habitants que comptent les régions Bretagne et Pays de la Loire constituent 90 % de la zone de chalandise de l'aéroport actuel et à horizon 2030, la façade atlantique comptera 1 million d'habitants supplémentaire. Baptisé aujourd'hui "Grand-Ouest ", le futur aéroport sera à la fois un moyen d’accessibilité et d’attractivité internationales mais aussi un moteur de croissance pour le territoire de l’Ouest français.
Quel nom sera choisi pour exprimer ce positionnement ? Les travaux n'ont pas encore été engagés mais futurs concessionnaires, collectivités territoriales, acteurs économiques et habitants auront plus d'une idée sur la question. Les pistes sont déjà ouvertes...

* Source : journal du CNRS novembre 2009

> Consulter le site internet de l'aéroport Grand Ouest

Mots-clés associés : ,
Nantes Métropole Développement accompagne les entreprises

Un projet d'implantation ?

Ressources

Qui fait quoi pour les entreprises ?

Identifiez les structures d'aide

Carte économique

Localisez votre future implantation

Publications

Téléchargez cartes, focus

Portail Netvibes

Suivez notre veille économique

Espace Presse

Consultez nos communiqués